TRENDS rencontre le talentueux groupe français « LAS AVES »

Anciennement appelé « The Dodoz », LAS AVES est un groupe composé de 4 artistes passionés de musique. Prêt pour un nouveau départ, le groupe de musique aux influences Pop n’a pas peur de se mêler à d’autres registres comme le Hip-Hop, le Rn’b, l’électronique etc. et ainsi donne vie à de nombreux morceaux différents qui plaisent forcément. Après un premier album « Die In Shangaï » LAS AVES détient un projet intitulé « Bandes de filles » mettant en avant des clips montrant la vie de groupes d’amies. Un groupe soudé, passionné et pleins de surprises, vous êtes désormais dans l’obligation d’écouter le talent du groupe LAS AVES.

Bonjour LAS AVES pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

On s’appelle Las Aves, on fait de l’Art Pop futuriste et on vient de sortir notre premier album « Die In Shanghai ».

Comment s’est formé le groupe ?

On a d’abord sorti deux albums post punk sous le nom de The Dodoz, et on s’est ensuite métamorphosé au contact des machines, ca a donné Las Aves.

D’où puisez-vous votre inspiration ?

On est autant influencé par la pop que l’avant garde, le passé et le futur.

Si vous deviez choisir votre morceau préféré parmi les vôtres, lequel serait-il et pourquoi ?

On aime beaucoup N.E.M. Elle a un côté à la fois 90′s et très moderne, le groove est cool (rires). On très fiers du clip (réalisé par Daniel Brereton).

On a vu que vous aviez pour projet de traiter le sujet de « bandes de filles » , notamment dans le clip de « N.E.M », d’où vous est venue cette idée ?

Pour la promo de l’album, on avait envie de mettre la musique au premier plan. Du coup, le fait de ne pas apparaître dans les clips donne plus de place à la musique, qui devient plus grande que nous d’une certaine façon. Ca nous plaisait aussi de faire une série avec ce fil rouge, mettre en valeur des filles du monde entier avec des lifestyle différents. On voulait des clips modernes et sincères, ancrés dans leur temps.

La musique a-t-elle toujours été votre priorité ? Et quel a été l’élément déclencheur dans votre parcours musical ?

Oui ça a toujours été notre priorité, même si on a d’autres passions (le skate avant pendant longtemps, la boxe aussi). Notre rencontre avec Dan Levy a vraiment marqué un départ pour nous.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la transition entre The Dodoz et Las Aves, quels changements avez-vous amené au groupe ?

Tout était différent, de la façon d’enregistrer aux idées visuelles. Pour Las Aves, on a essayé de retrouver un amateurisme, une fraîcheur un peu enfantine. On a découvert le home studio, les vieux synthés analogiques… Tout ça amène forcément un nouveau son.

Quels liens entretenez-vous dans le groupe ?

On se connaît depuis qu’on a 14 ans, on se voit un peu comme un gang, soudés à vie!

Depuis la sortie de « Die In Shanghai » en 2015, quels sont vos projets ? Un album en préparation ?

« Die In Shanghai » vient de sortir et on a des retours incroyables. On a hâte de le jouer partout, le plus loin possible! On va aussi tourner le 3e volet de notre série de clips sur les bandes de filles, ca sortira en septembre.

Quels sont les raisons de l’utilisation de la langue anglaise dans vos morceaux ?

On ne s’est jamais posé la question. La musique qu’on écoute depuis qu’on est tous petits est anglophone, donc quand on écrit des morceaux, c’est ce qui vient naturellement.

Des dates de prévues pour cette année ?

Cet été on sera sur pleins de festivals hyper cool (Solidays, Eurockeenes, Garorock, Vielles Charrues, Sziget…), et on commence une tournée des clubs en France à partir de septembre.

Le groupe a-t-il des projets pour l’avenir ?

Jouer le plus possible à l’international, et commencer à composer le 2e album. Aller à Shanghai aussi.

 

On vous laisse découvrir le groupe sur son compte Souncloud.




Magazine Print TRENDS periodical
L'interview de POSTAAL, le duo qui réjouit la France et l'Angleterre