Top 5 Art – Les inoubliables de 2015

« L’art lave notre âme de la poussière du quotidien » disait Pablo Picasso, « En Art point de frontières » poursuivait Victor Hugo. Loin d’être en mesure de panser les mots d’une année 2015 moribonde voir outrageusement violente mais malgré tout riche en créations inspirées et inspirantes, Trends Periodical est allé piocher à travers le globe 5 artistes tape-à-l’oeil parmi tant d’autres mais qui de part leur positivisme et esthétique excentrique auront su installer un coin de paradis et de rêve dans nos esprits hédonistes!


1- COÏT STREET ART/RENAISSANCE – MARCO BATTAGLINI

Processed with Moldiv

Une Vénus « badass » couverte de tattoos, un ange inquisiteur sapé du teeshirt de Superman, l’artiste MARCO BATTAGLINI détonne avec ses scènes loufoques où miss pop culture tape l’incruste au temps de la Renaissance et de la Grèce Antique.
Un peu à l’image d’Alexey Kondako et son copier-coller de tableaux de maitres dans un espace urbain, ce peintre italien basé au Costa Rica pousse le mélange de style et d’époque à l’extrême. Ici, Street art et graffitis, symboles de Pop culture comme la « Maryline Monroe » de Warhol et des figures antiques expulsées du cadre de peintures de la Renaissance, interagissent en harmonie, restant malgré tout témoins d’une distorsion temporelle intrigante. L’en atteste l’apollon en slibard Calvin Klein.


2 – LES FILLES AU DOUBLE VISAGE DE SEBASTIAN BIENIEK

Processed with Moldiv

La formule est trompe l’oeil voir loufoque, un nez, une bouche, des sourcils griffonnés à la va-vite, à l’aide de rouge à lèvres et d’un eye-liner sur la moitié du faciès de cobayes féminins photogéniques, pour un effet glam patibulaire, c’est le projet « Doublefaced » de l’artiste polonais Sebastian Bieniek.

Bouche bée! L’art de Sebastian Bieniek est vivant quoique intriguant, il a des seins, se balade dans le métro, prend une douche, fume des clopes et joue la provoc avec son gun. La routine, à la seule différence qu’il altère la logique par l’absurde avec son visage deux ou trois en un. En mars dernier, lors de la Paris Fashion Week, le créateur prodige Jacquemus a fait appel a lui afin de refaire le portrait de ses mannequins pour son show, même Cara Delevingne et ses sourcils ultra épais y est passée.


3- INVADER – À LA CONQUÊTE DE L’ESPACE

Invader

Internationalement plébiscité pour ses fresques pixélisées et directement inspirées du jeu vidéo « Space Invaders », le street artiste frenchy Invader a réussi la prouesse de l’année en devenant le premier à exposer l’une de ses créations en orbite terrestre par le biais d’une collaboration insolite avec l’ESA (Agence Spatiale Européenne)

Ainsi depuis Mars, le Space 2, comprendre ici le petit alien coloré et emblématique de l’artiste, squatte en apesanteur au sein de l’ISS (station spatiale internationale). D’autres oeuvres d’Invader devraient dans un avenir proche venir décorer les murs des 8 centres terrestres de l’ESA. L’invasion continue!


4- INSIDE MY DREAMS- ACHRAF BAZNANI

Achraf Baznani

Des messages cachés qui coulent à flots, un télescopage entre rêve et réalité à échelle « nano », le photographe marocain Achraf Baznani a beau se figer en mini lui dans une ampoule, son style n’en est pas moins super imaginatif !

Irrésistible laveur lilliputien d’objectif photo, au cerveau amovible! Acteur et héros de ses propres clichés, Achraf Baznani y apparaît miniaturisé dans un amas de mises en scène surréalistes rythmé ici et là d’un souffle poétique! Sa série « Inside my Dreams » l’a révélé en 2013, le propulsant illico sous le feu des projecteurs des magazines et galeries d’art, avant que 2015 couronne son travail avec une expo au Louvre!


5- AI WEI WEI – L’ARTISTE PUNK CHINOIS DE RETOUR EN EUROPE 

Ai wei wei

Son nom lorgnait sur toutes les bouches en septembre dernier lorsque Ai Wei Wei posa le pied sur le sol anglais, respirant enfin l’odeur de la liberté après 4 ans passé en résidence surveillée, mis sous silence, sans passeport et avec l’interdiction de quitté son pays. Artiste photographe, peintre, sculpteur, architecte et plasticien anarchiste luttant pour les droits de l’homme, il agace régulièrement les autorités chinoises par son engagement au point d’avoir vu son studio se faire littéralement rasé en 2011. Ai Wei Wei est celui qui ne s’est point tu lors du tremblement de terre du Sichuan en 2008 qui a causé la disparition de 2060 écoliers alors cachée par le pouvoir.

En septembre dernier, le plus postmoderne des artistes chinois a donc inauguré une rétrospective exclusive de ses oeuvres à la Royal Academy of Arts de Londres. Adulé, applaudi telle une rockstar, ce poète visuel rappelle à tous que l’art a un côté rebelle. Qu’il croit en la liberté de mouvement et d’expression, il se bat pour cela et rien que pour cela Ai Wei Wei véhicule de la force en chacun de nous!



Magazine Print TRENDS periodical
Interview exclusive : Grems présente l'exposition Johnny Clegg