Le clip lourd de sens d’Ibrahim Maalouf pour Run the World

Imaginez un monde où les différentes origines étaient séparées. Où les personnes étrangères seraient marquées par un signe distinctif, un symbole. Imaginez une traque sans fin des personnes jugées par leurs origines ou leur couleur de peau. Imaginez que les pouvoirs en place aient toutes les libertés pour réprimander tout rassemblement. Où la fraternité entre le différences serait punie par la loi.

Celà ne vous rappelle rien ?

Cet enfer, Ibrahim Maalouf le projette dans les années 2020, dans un clip lourd de sens, où deux policiers infiltrent une réunion privée et illégale d’artistes et d’amateur d’art, de toutes origines et religions.

Si avec Maalouf et sa reprise de Run the World de Beyoncé, tout est bien qui finit bien, ce clip reste marquant pour son message et la proximité apportée par la toute première scène : en manquant de vigilance, la France de 2020 peut être aussi ignoble que celle de ce clip. Elle l’a été, elle peut le redevenir si on oublie la valeur essentielle qu’est la fraternité. Voici ce que dénonce Ibrahif Maalouf, quelques jours après le deuxième tour des élections régionales.

L’album Redlight d’Ibrahim Maalouf est disponible en digital.




Magazine Print TRENDS periodical
"City Mad" et "Goapele Freestyle" : les deux dernières douceurs de YG