La mode hantée par Jean-François Lepage

Usant de son aura surréaliste et lugubre, le photographe frenchy Jean-François Lepage tel un chirurgien esthétique et psychotique de l’image, charcute de façon millimétrée voir subliminale ses clichés de mode alors piochés dans ses archives.

Sa série de collages « Recycle (prelude) » suggère irrésistiblement le mystère, l’introspection et la tristesse. Sur ses artworks, les visages de mannequins subissent un lifting aux portes de l’épouvante d’auteur, alors floués, masqués, prêt à être dépecés, comme le montre ces traits de couture délimitant les zones à traiter. Jean François Lepage n’hésite d’ailleurs pas à dessiner sur la surface de ses images, pour un rendu saturé, profond et plus élégant encore dans l’esthétique énigmatique qu’American Horror Story.

Sa vision est la suivante : « Quand je regarde mes photos, je vois des couleurs trop vives qui cachent notre tristesse – Des personnes qui portent des masques pour se révéler – D’autres, solitaires forts et pacifistes – Et des formes mutilées qui montrent la beauté humaine et les yeux tournés vers l’intérieur pour mieux comprendre notre monde. »

Pour suivre ses aventures visuelles de mode en déconstruction, direction son site!




Magazine Print TRENDS periodical
Les chaises consommables de Simon Freund