La fabrique du cool : Grimes

Grimes et ses Visions artistiques

Début 2012, Claire Boucher sortait l’opus Visions. Un assemblage de pop mutagène et hautement additif, qui réussira à conquérir et convaincre un maximum d’oreille tout durant l’année. Derrière l’opus, on retrouve une personnalité attachante, haute en couleur, ayant un avis détaillé sur tous les sujets qui croisent son chemins sur son feed Tumblr ou Twitter.

C’est que derrière son apparence et son imagerie d’adolescent mal dégrossi, Grimes dissimule un intellect féroce et une créativité débridée.
Visions, comme ses prédécesseurs, Halifaxa et Geidi Prime s’exilent volontairement dans les limites les moins connus de la musique pop. Paradoxalement, ces territoires inconnus, presque vierges de toutes tribulations humaines, ne demandent que peu d’équipements pour être explorer en long et en large.

Ainsi, pour Visions il n’avait fallu que d’un lit et d’un ordinateur pour permettre à Grimes d’ouvrir les portes de son monde imaginaire à toute la planète.
Attention, ici pas de poudre magique pour voler ni d’enfants perdus,  mais plutôt une rencontre cataclysmique entre des univers pop colorés et le prisme vicié et percutant qui réside dans la cervelle de Claire Boucher. Têtes de morts stylisées et esthétique rose bonbon côtoient les idéologies alter-mondialistes et autres végétalismes pour former un objet jamais vu et clairement original.

Art Angels, le très attendu

Après un titre produit par Blood Diamonds (aujourd’hui connu sous le nom de BloodPop) largement mal vécu par ses fans, Grimes s’exilent de la place public pour travailler à son prochain opus. Art Angels est à ce jour l’album ayant demandé le plus de travail à Claire Boucher et cette fois ci, le résultat est à la mesure des attentes. Il est semblable à une étoile noire (toute référence à Star Wars est purement fortuite) : il absorbe et concentre sur lui même toute la matière qui à le malheurs de transiter à sa portée. A l’arrivée, l’artiste nous sert un agrégat de matière pop hautement volatile, s’étirant dans toutes les directions et offrant plusieurs niveaux de lectures, écoute après écoute. C’est qu’en naviguant entre des nappes de sons électro, des percussions hip hop et des rythmiques pop, Grimes à conçu Art Angels comme un fourre-tout éclectique et réussissant malgré tout à trouver son équilibre dans les oreilles de tout un chacun.

L’esthétique du cool

Mais Grimes c’est également une esthétique soigneusement pensée. Elle a fini par s’inventer un univers à mi-chemin entre ce qui est mignon (le « kawaii » japonais) et un esprit résolument punk, un peu cradingue sur les bords. En atteste les pochettes de ses albums, mais également l’atmosphère tordues de ses clips. Et durant ses photo shoot, elle n’hésite pas à se pointer avec ses chaussettes et ses tongs. Une preuve supplémentaire: pendant une courte période, Grimes à créée des bijoux avec Morgan Black, en forme de sexe féminin !

Retrouvez la discographie de Grimes juste ici.




Magazine Print TRENDS periodical
Tu pensais 50 Cent au paradis ? Tiens, prend ça.