La collection S/S 16 de Vêtements mise encore sur la destructuration

Le mystérieux label Vêtements fondé par 7 designers inconnus, parmi lesquels seul Demna Gvasalia ose afficher son identité au monde de la mode, est en pleine ascension et cette collection S/S 16 devrait assoir sa légitimité dans le milieu traditionnel de la couture. Pour cet été, Vêtements mise sur une silhouette androgyne déstructurée avec des jeans raccourcis asymétriquement à la cheville et des chemises oversize. La femme type de Vêtements porte un sublime biker reconstruit, et l’homme enfile son large hoodie noir. Entre couture, rue et contre-culture Vêtements tente d’imposer sa vision d’une mode rebelle et anticonformiste tout en mettant l’accent sur des procédés de création perfectionnistes dignes des maisons de couture.

En tout cas le succès du label est le reflet de son audace et son originalité puisque la marque n’a pas hésité à afficher un parti-pris étonnant : chiner dans des friperies, choisir la bonne pièce, la déconstruire puis la reconstruire façon couture. Sans oublier que Vêtements aime provoquer puisque son dernier défilé s‘était déroulé au sein d’un sulfureux nightclub gay parisien.

Cette collection Printemps-Eté 2016 reflète donc ces multiples influences. D’ailleurs Demna Gvasalia, nommé directeur artistique de Balenciaga, avait affirmé l’an dernier au Monde : « Certains créateurs font des voyages d’inspiration. Les nôtres consistent à prendre le métro entre Belleville et Barbès ». Pour les curieux, la collection est déjà présentée au Printemps Haussman et devrait arriver progressivement chez des revendeurs de choix comme Colette ou Lyst.



Magazine Print TRENDS periodical
Nouvelle collection pour le printemps de Palace Skateboards