Kali Uchis, sa première interview en France par TRENDS

Kali Uchis fait parti de ces artistes uniques qui n’apparaissent qu’une fois dans le paysage musical mondial. Coloré, pop, personnel, puissant et suave, l’univers proposé par la colombienne est un bonheur pour les oreilles et les yeux. Mélange de fragilité et de caractère, sa musique naît d’une sensation et cultive l’émotion. De sa première mixtape «  Drunken Babble » jusqu’à sa rencontre avec Tyler The Creator et la sortie de son EP gratuit «  Por Vida », en passant par l’idée, la culture, le lifestyle et l’ambition, Kali nous dit tout et dévoile sa pensée, sa manière d’être, et l’humilité d’une artiste pourtant accomplie.

Si vous ne la connaissez pas encore, ce n’est pas grave. Mais il va falloir vous rattraper.

TRENDS – Kali, peux tu te présenter à ton public français ?

K.U : Je suis Kali Uchis. Je viens de Colombie en Amérique du Sud et de Virginie, aux Etats Unis.

En 2012, tu as sortie ta premiere mixtape  » Drunken Babble  » où tu dévoilais déjà un univers suave et différent, avec beaucoup de personnalité. D’où te viens cette passion du chant, de l’écriture, de la musique ?

K.U : Tout m’inspire, les choses qui me rendent heureuse, me rendent triste ou en colère. Tout ce qui me fait ressentir des choses. Pour moi, la musique est comme un exhutoire créatif, un journal audio.

A la suite de cette mixtape, tu as été repérée par des géants comme Kaytranada ou Tyler, qui t’ont ensuite produit. Hormi une visibilité, qu’est ce t’ont apportées ces rencontres dans ton épanouissement artistique ?

 J’ai énormément appris en travaillant avec Tyler. Je n’avais jamais travaillé  en collaboration avec quelqu’un sur les lyrics ou les mélodies auparavant.

 L’une des premières choses qui frappe quand on écoute un de tes albums, et surtout  » Por Vida « , c’est ton eclectisme et la richesse de ton univers. Il y a des influences des 60’s, de soul, de hip-hop… Qui sont les artistes qui t’ont le plus inspirée jusqu’ici ?

J’ai beaucoup appris et ai beaucoup été inspirée par de vrais figures, des femmes fortes qui m’ont apporté de l’énergie, de l’envie. Kelis, Gwen Stefani, Selena, Amy Winehouse, Aaliyah, Erykah Badu, Brandy, Lily Allen. Mais la musique des 60’s et des 70’s m’influence tout les jours..

Je t’ai découvert en écoutant l’album de Tyler à sa sortie. J’écoutais  » Finds your Wings  » et je me demandais  » Qui est derrière cette voix incroyable ? « . Du coup, internet m’a mené à toi et à ton univers. En parcourant ton univers, j’ai directement retrouvé un quelque chose d’Amy Winehouse dans l’attitude, et du Erykah Badu dans la douceur. Puis je me suis rendu compte que pas mal de médias disaient de toi que tu étais la  » Amy Winehouse West Coast « . Comment tu vis la comparaison, tu es d’accord ?

Je ne viens pas de la West Coast, donc c’est la première erreur. Et puis, je me sens gênée d’être comparée à une légende. J’aime profondémment l’artiste, mais je n’aurais jamais la prétention de la remplacer. Elle est irremplacable. Nous sommes différentes à tellement d’égards, mon héritage ne ressemblera pas au sien. Je trouve que c’est injuste pour moi, et irrespectueux pour elle.

Que peux tu nous dire de ton univers, de tes obsessions ?

Je suis obsédée par la liberté, la personnalité et l’implication des gens. J’aime les couleurs, faire des choses, les fleurs, ce qui sent bon, les films, rider en vélo, les rooftops, les plages vides, les vieilles voitures, faire réfléchir les gens et les faire se sentir bien.

Outre la musique, il y a aussi toute l’image dont ressort une belle maitrise. On voit des clips colorés, subtils et un univers pop, girly et sucré. Comment se passe la reflexion autour de tes clips ? Tu accordes une grosse importance à l’esthétique globale de ta musique, vrai ?

Je vois mon art comme un projet conceptuel. J’utilise mon imagination pour rattacher le son et image, le parfum, la couleur… tout est lié selon moi.

Et puis encore au delà, il y a un style. Notre magazine, TRENDS Periodical, parle de musique mais aussi de lifestyle. Quel est le tien ?

 Maintenant, mon lifestyle repose essentiellement sur cette mission personnelle, ce développement de moi même. Quand je ne travaille pas, j’aime faire des choses qui me rechargent spirituellement.

Tu as pu rencontrer ton public sur scène avec Leon Bridges aux US et au Canada. Tu as aimé ?

Oui, c’était vraiment cool.

Quels sont tes projets ? Une date en France, un jour, tu penses ?

Un album qui arrive. Et oui, j’espère venir en France rapidement !

Qu’est ce qu’on peux te souhaiter pour 2016, Kali ?

Donner une chance à mon album !

Retrouvez les confessions de Kali Uchis lundi sur TRENDS periodical, lundi 23 janvier 2016.

Et suivez son actualité sur sa page Facebook

Kanye West ne produit plus l'album "Anti" de Rihanna