James Jebbia, le fondateur de Supreme parle de l’arrivée de la marque à Paris

Il est le fondateur de l’une des marques les plus importantes du lifestyle mondial. James Jebbia, qui rhabille les jeunes du monde entier avec sa marque Supreme, a créé un mouvement sans commune mesure avec des images fortes, et un univers de marque fondé sur la liberté et l’esprit de groupe. La force de Supreme ? Créer des collaborations si bankable qu’elles sont capable de remettre au gout du jour des marques disparues.

Très rare dans les médias, James Jebbia s’est confié auprès de BoF pour expliquer l’évolution et l’expansion de sa marque.

Il explique notamment la montée en puissance de la marque comme une marque mondiale, bien que très fière de son identité New Yorkaise, « Oui, nous sommes une marque New Yorkaise, mais nous sommes une marque mondiale maintenant, aussi. Ce n’est pas si différent de Levi’s qui est de San Francisco. Les gens doivent penser qu’il y a de nombreuses marques dans le Monde comme la notre, mais il n’y en a pas. »

Pour le choix de ses nouvelles boutiques, Suprême se fie énormément au web. « Le web est énorme pour nous », dit Jebbia. « Même si nous avons des boutiques, nous faisons les choses bien sur internet ». En Europe, les meilleures ventes web sont réalisées entre Londres et … Paris.

Supreme s’est notamment fait connaître pour ses équipes d’égéries, comme Lucian Clarke (interviewé par TRENDS il y a quelques mois) et Va$shtie (dont l’interview exclusive arrive dès jeudi sur votre site). Pour son staff, c’est pareil : Jebbia explique qu’il recrute des personnes qui donnent au store sa personnalité, « Ils traitent la boutique comme si c’était la leur ».

A Paris, il a fait appel au fondateur de la marque Minutia pour gérer la boutique, Samir Krim, dont il dit qu’il « est une grande part de la scène skateboard. Si nous n’avions pas eu Samir avec nous, nous n’aurions pas ouvert de boutique à Paris. »

Il explique aussi son regard vis à vis des marques de mode qui se tournent de plus en plus vers la skate culture. « C’est quelque chose d’important, parce qu’au début on était les seuls à faire ce genre de choses. Maintenant c’est plus ouvert, et c’est top. C’est top parce qu’ils font des choses que les gens veulent vraiment porter. Et c’est ce que nous faisons : nous faisons des choses que les gens veulent porter : pas dans « fantasy land ». »

La boutique Supreme Paris ouvrira le 10 mars.

 

Les Vans Hawaïennes "Digi Hula"