DJ Mehdi, 5 ans déjà

327016-dj-mehdi

Il avait 34 ans, il en aurait eu 39 aujourd’hui. DJ Mehdi est mort il y a 5 ans déjà. Et le temps semble s’être arrêté avec lui lors de cette soirée du 13 septembre 2011. A cet instant la France était loin de se douter qu’elle venait de perdre l’espoir le plus prometteur de sa génération. Décrit par Frédéric Mitterrand, le ministre de la culture à cette époque, comme le « magicien des platines« , DJ Mehdi était celui qui était amené à révolutionner le monde de la musique. Son sourire d’ange et son regard protecteur qu’il portait avec douceur à l’égard des gens qu’il admirait et qui l’admiraient en retour n’est pas prêt de s’effacer de nos mémoires.

DJ Mehdi était père d’un enfant. Et parallèlement, il était aussi celui de soixante cinq millions de français. Il y avait ceux avec qui il collaborait, écrivait, composait, ceux qui l’écoutait, et ceux qui vous diront que ce nom leur est inconnu. Et pourtant ces personnes ne savent pas combien DJ Mehdi à put influencer la musique actuelle. Car au delà du hip-hop, pour lequel il contribua majoritairement, il avait trouvé en la musique électronique une nouvelle source d’inspiration.

DJ Mehdi et le hip-hop

Il commence sa carrière de DJ à la fin des années 80, début des années 90. « Carrière », un bien grand mot, car à cette époque il n’avait que 11, 12 ans. Une précocité révélatrice de l’acharnement et du talent qui sommeille en Mehdi. Il forme un groupe avec ses cousins qui va très vite l’amener à rencontrer Dee Nasty, le pionnier du hip-hop en France, lors de soirées où il mixait. C’est ce dernier qui va lui apprendre à faire des boucles sur son vieux magnétophone qu’il avait récupéré dans la cave de ses parents. Une rencontre avec son mentor qu’il admirait et qu’il écoutait les dimanches soirs sur Nova. Il va aussi se lier d’amitié avec Ministère Amer, un groupe composé de Passi et de Doc Gyneco entre autres.

Ces premières connexions avec le monde du hip-hop lui permettent de rencontrer les personnes les plus influentes dans ce milieu alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Il intègre en 1992 « Ideal J » fondé par Kery James et quatre de ses amis. La bande de pote n’avait alors que 13 ans. A partir de cette année là, DJ Mehdi se met à composer toutes les productions du crew. Après une décennie de coups de gueules, d’éclats, de frasques, de censures, de déchirements internes (le décès de Las Montana est un coup dur pour les jeunes), Ideal J n’est plus. Le premier album solo de Kery James en 2001 « Si c’était à refaire… » sonne le glas.

DJ Mehdi lui, avait quitté le navire quelques années avant. A vrai dire, un an après la sortie du second album d’Ideal J « le combat continue« . Second album qui contribue fortement à la notoriété du jeune producteur ainsi qu’à celle de leur collectif La mafia k’1 fry. Le panthéon du rap français, l’école qui a formé les plus grands artistes urbains de toute une génération et des générations futurs. Comment ne pas citer Rohff, 113, Dry lorsque l’on évoque la mafia k’1 fry ?

En 2000, Mehdi remporte deux titres aux Victoire de la Musique pour l’album « Les princes de la ville » du groupe 113. Meilleur album et meilleur espoir… le jeune DJ se laisse pousser des ailes et se fait connaitre auprès d’un public plus large.

« La cerise sur le ghetto » c’est la cerise sur le gâteau. L’apogée de la Mafia k’1 fry, le premier album studio du collectif sorti en 2003. Une apogée mais aussi un déchirement car, si la plupart des membres se réunissent pour produire ce projet devenu mythique, DJ Mehdi lui, manque à l’appel. Il s’émancipe du collectif et souhaite voler de ses propres ailes. Il va produire pour Assassin, Mc Solaar et Booba sur l’album Ouest Side tout au long de l’année 2005. Ce fut l’une de ses dernières collaboration en tant que producteur, compositeur hip hop. Un an après il rejoint Ed Banger Records et prend un tournant majeur dans sa vie artistique.

« Couleur Ébène » est représentatif du style unique que le producteur souhaitait mettre en lumière. Une sonorité très Rock’N’Roll que l’on ne retrouvera plus jamais chez Booba.

DJ Mehdi et la musique électronique

dj_mehdi_mains_6042-tt-width-604-height-375-crop-0-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-0

Son renouveau se signe avec Ed Banger Records en 2006, le label de Pedro Winter, un temps manager des Daft Punk et aussi homme qui révéla au grand jour le groupe Justice. Dj Mehdi, Busy P (pedro), Cassius et Justice formeront ensemble le « club 75″ mixant dans différents endroits. Le Social Club, aujourd’hui fermé pour de bon, accueilla régulièrement leurs soirées, ainsi que le festival américain Coachella.

Il sort la même année « Lucky Boy » chez Because Music. Son album aura un impact planétaire. Dans ce projet, les sons s’apparentent à du Daft Punk mélangé à du Justice. Un bon mix des deux genres qui confirme la notoriété du DJ et qui lui confère un rang de taille auprès des autres artistes. Il est désormais reconnu aussi bien en tant que producteur hip-hop que éléctro. Le succès est à la clef de cet album.

En 2009 la mixtape « Black, black and black » sort. Elle est constituée de 13 titres ; essentiellement des remixs hip-hop américain. Seule exception pour l’intro et l’outro, composée par ses soins. Des reprises entrainantes qui fait l’alliage parfait entre rap et l’éléctro et que vous pouvez retrouver sur cette playlist Youtube. Cette mixtape annoncera en réalité son album « Red, black and blue« .

Avant son décès, DJ Mehdi venait de former « Carte Blanche« , un duo éléctro avec l’artiste Riton. Malheureusement le groupe prend fin subitement à la mort du jeune artiste.

Son décès

Dans son logement parisien, Mehdi se trouve sur la mezzanine en plexiglas de son appartement en compagnie de trois autres amis. Riton était présent. Il est aux alentours de 2h30 lorsque la verrière cède sous leur poids, entraînant les quatre personnes dans une chute de plus de sept mètres. Si ses invités souffrent de blessures plus légères, DJ Mehdi lui, est atteint d’un traumatisme cérébral sévère. Conduit d’urgence à l’hopitâl Lariboisière, il succombera d’un arrêt cérébral quelques heures après son accident. Le lendemain, c’est Pedro Winter ainsi que l’agence Phunkster qui était chargée de sa promotion, qui annonce le décès de l’artiste.

Je n’ai pas de mots pour exprimer la peine que je ressens… un ami s’en va… repose en paix frérot

Cut Killer, DJ et ami de Mehdi a été le premier à réagir sur les réseaux sociaux. « Ce gars m’a tellement inspiré que c’était devenu une motivation. Il était simple et d’une sincérité exemplaire« . S’en est suivi une déferlante de messages affectueux tous aussi émouvants. Et ce n’était pas seulement la France qui perdait l’un de ses piliers culturels, mais la terre entière. Le magazine Billboard, Katy Perry, Drake et Pharrel Williams se sont exprimés à propos de ce tragique événement. Le Social Club, lui, restera fermé ce soir là.

 

DJ Mehdi insufflait à lui seul tout le mouvement hip-hop et électronique. Capable d’unifier et d’adoucir les relations parfois conflictuelles entre le rap et le grand public. Son album « Lucky Boy » n’a pas eu raison de lui. Il s’en est pourtant allé heureux, laissant derrière lui une marque indélébile dans cette vie qui lui a été trop courte.

DJ Mehdi, apportait à ce milieu la touche d’originalité qui manque tant aujourd’hui en France. C’était aussi quelqu’un de passionné qui ne vivait que pour une chose : faire le bien par le biais de sa musique.

 41-185-780x438




Magazine Print TRENDS periodical
Découvrez "AIM" le nouvel album de M.I.A