Chronique – Bonnie Banane, la Soeur Nature

Si vous ne connaissez pas la voix riche et envoûtante de Bonnie Banane et que vous n’avez jamais franchi la porte de son univers, ne partez pas tout de suite.

La jeune chanteuse parisienne à la voix d’or sortait au tout début du mois de Décembre son EP Soeur Nature, puissant alliage de douceur et de sensualité, invitation à la détente et à l’apaisement du cortex cérébral. Sur les productions hypnotiques de Gautier Vizioz, l’artiste se ballade et voltige pour nous offrir un 4 titres savoureux qui déroute naturellement qui l’écoute, porté par des textes allumés et chauds comme par des sonorités qu’on aime, piquées de Néo-Soul et de Hip Hop US, composées avec brio dans le plus pur style de ces compositeurs bourrés d’identité ( on pense à Jimmy Whoo, Astronote ou Myth Syzer, pour ne citer qu’eux ).

Qu’il est bon de se perdre au son d’une voix, d’en suivre les ondes et d’apprécier un ensemble charmant, non dénué d’humour ni d’émotivité. On pourra être déçu de ne pas retrouver de sons barrés tels que le sont les  » Champs-Elysées «  ou  » Muscles «  qui nous emmenaient vers des délires trash et sans concessions avec leurs clips aux grosses odeurs de 90’s. Agréablement, l’équation Bonnie Banane fonctionne sans être une formule et l’EP Soeur Nature le prouve, en attendant un possible album en 2016. Vite, vite.

L’EP Soeur Nature de Bonnie Banane est disponible depuis le 1er Décembre sur Itunes.

Martin Shkreli veut l'album de Kanye West pour lui tout seul